Faire plaisir

Retour au blog

Malgré nous, notre métier de photojournaliste ne fait pas toujours du bien aux gens. Tout juste éprouvent-ils du plaisir à regarder un reportage photo, à rêver sur de belles images. Il ne les rend pas forcément heureux mais est-ce son but ?

Ludovic sur une photo de lui prise en reportage il y a an et imprimée par sa mère pour leur maison familiale.

Des genres de la photographie échappent cependant à cette logique. C’est la photographie de portrait, de famille, de mariage. Une photographie que l’on exerce professionnellement sous le nom de photographie sociale.

Pour moi, ce sont des moments tout simples, comme David et Alexandra, tout jeunes mariés que je photographie au milieu de la neige à Tignes. Ils voulaient des souvenirs avant de rentrer aux États-Unis. Ce sont des filles comme Audrey ou Anaïs qui désiraient avoir quelques photos pour elles, ce sont des parents qui veulent des images de leurs enfants; ou encore un artiste, des photos de ses œuvres ou de ses performances.

Et puis, moins professionnellement, ce sont mes photos de soirées, de moment de joie avec mes potes. Les photos de voyages entre nous. C’est tous les instants de nos vies intimes, ce sont mes amours et leurs déceptions, les images de mes parents et le regard que j’ai sur eux, ce sont mes autoportraits et les paysages que je traverse. Ces images je les partage par petits tirages ou souvent, parce que c’est plus pratique, par mail.

 

Ma mère et mon père à la campagne en mai 2010.
David et Alexandra. Je venais de passer la semaine avec eux dans le cadre d'un reportage pour les X-Games. Ils sont venus me chercher en salle de presse en tenue de mariage.
17 Mai. Mon petit frère, Solenne, remplissant des documents à l'aéroport Charles de Gaulle avant de s'envoler pour San Francisco où il va vivre pendant 3 mois.

Cette photographie, qui est souvent intime, je la pratique régulièrement et ne la montre que peu. Elle participe cependant (notamment la photographie de famille) à la documentation de mon existence et au plaisir de marquer des rencontres avec des gens que l’on apprécie. Elle me sert de lien avec les autres. Elle prend bien là l’une de ses fonctions les plus importantes : la fonction sociale.

Généralement mon plaisir devient total lorsque les images que j’envoie touchent, lorsque les gens avec qui je les partage les utilisent et se les approprient. Lorsqu’elles participent ainsi à leur histoire.

Je connais bien des photoreporters qui ne sortent jamais leurs boitiers en dehors de commandes. Pour moi c’est impensable. La photo est aussi mon journal de bord.

Audrey. Paris, avril 2011.

Si j’ai toujours la passion d’exercer ce métier dans n’importe quelle situation, ce pouvoir de faire plaisir et de créer du lien avec mon médium est pour moi la plus grande récompense du travail accompli depuis que je suis photographe.

Commentaires

Léna :

— très juste, très vrai dans ce que tu dis pierre... & rigolo à la fois — j'avais commencée y a peu : à écrire un brouillon sur la photo en rapport à ce que tu vis professionnellement mais dans ta vie perso aussi.

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

Thom ! :

Super article mon Pierro ! Ce qui m'a fait tilter c'est la premiere photo de Ludo ! Ma mère a fait exactement pareil ! Elle a repris une photo de moi que tu ad faite au mondial du ski, et elle la fait agrandir et imprimer, puis mise sur la cheminée !

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

Nico HEU :

Justement,

Hier j'étais en train de me rendre compte que mon attitude par rapport à la photo était différente selon qu'elle soit pro ou perso.

A tel point que l'un était petit à petit en train de bouffer l'autre.

Du coup, je pense qu'il faut "faire plaisir" comme tu annonces dans le titre, mais il nécessaire de "se faire plaisir". Sinon, c'est que y'a un bug quelque part.

Nico

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

Jordan Nord :

Rappelles toi quand j'avais ouvert un sondage sur le forum photo de skipass, sur "pourquoi faire de la photo".

Quand je disais que je faisais ça pour faire plaisir aux autres avant moi, certains me prenait pour un fou... ;) Comme quoi, la conciliation des 2 est peut être la forme la plus aboutie du "pourquoi".

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

marie morel :

pas mal du tout la photo de tes parents ! J'adore !

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.