Tremplin Photo #3 / Première bourse de formation au photojournalisme

Retour au blog

Affiche du Tremplin Photo 2009

Vous avez jusqu’au 31 mai 2009 pour participez à la 3éme édition du Tremplin Photo de l’EMI. Ce prix permet de suivre la formation de photojournalisme à l’EMI-CFD, de bénéficier d’une dotation conséquente en matériel photo professionnel Nikon (anciennement Canon), d’une exposition à la Maison des Photographes, d’une parution dans Réponses Photo et d’un suivi par les iconographes de l’ANI. Sans compter tout les bénéfices annexes qu’un tel concours peut apporter.

Il y a bientôt 2 ans, je venais de remporter la première édition de ce concours fraichement lancé. J’y avais participé sans vraiment y croire (vu la dotation et la renommé du prix et des partenaires, je n’imaginais pas pouvoir espérer quelque chose). Quand j’ai appris, débout août 2007, que j’étais le lauréat, ce fut un grand chamboulement dans ma vie et j’ai mis du temps à réaliser ce que ça représentait. Cela fait maintenant un ans que j’ai quitté la formation de l’EMI-CFD et ce prix m’a énormément apporté, d’abord par la richesse de la formation, et par la qualité et la présence de l’équipe du prix.

La vocation première du Tremplin Photo est de permettre à un jeune photographe, pas forcément pro, d’avoir toute les clés en mains pour rentrer sereinement dans le milieu (marché) du photojournalisme. Les partenaires souhaitent offrir à un photographe les moyens de répondre à cinq des exigences du métier : être sérieusement préparé aux techniques et aux arcanes du métier, posséder un bon équipement, pouvoir montrer ses images, les publier et se confronter à l’avis des professionnels. C’est aussi un pari que fait une équipe sur une personne, un potentiel.

Ce prix m’a permis, comme à Hughes Léglise-Bataille, le lauréat de la seconde édition, de rentrer directement dans la profession alors que nous pratiquions la photographie en amateur. C’est aussi, d’une certaine manière, une économie de temps : on nous offre un réseau professionnel, du matériel et des publications. On évite ainsi plusieurs mois ou années de galère pour arriver au même résultat.

Les 2 premières éditions ont vu la participation d’une cinquantaine de photographes à chaque fois, nulle doute que la troisième, dont la date limite d’inscription est le 31 mai 2009, dépassera ce nombre. Je vous invite, si vous souhaitez vous lancer dans le photojournalisme et si vous croyez en cette pratique à venir participez au Tremplin Photo. Pour cela, les candidats doivent présenter trois séries de travaux photographiques accompagnées chacune d’un texte de présentation, le synopsis d’un projet photographique et une lettre de motivation.

Qui plus est, la participation à un concours, même si il peut paraitre inaccessible, permet d’affiner son travail ; d’avoir des retours, de se positionner et aussi de mieux défendre ce pourquoi on fait de la photo d’information.

5 finalistes seront sélectionnées et départagés lors d’un entretien d’une quinzaine de minute devant le jury du prix.

Le lauréat sera présenté au festival Visa Pour l’Image en septembre 2009.

Bourses et prix en augmentation !

Alors que le photojournalisme est en crise mutation, les bourses et autres concours, en augmentation ces dernières années, mettent en évidence des nouveaux acteurs de financement, de promotion et de diffusion de la photographie d’information en dehors du cadre classique de la presse.

Une multitudes de festivals, d’associations ou d’organismes décernent ainsi soit des prix, soit des bourses pour les photographes jeunes et moins jeunes, afin de les aider dans un projet, ou permettre de diffuser (sous forme de livre, d’expo, de parution) leurs reportages. Ces prix offrent aussi une récompense à des travaux déjà existant, de manière à les valoriser.

Il ne s’agit pas ici des multiples concours de clubs photos, du meilleur ouvrier de France ou du récent prix « Les Meilleurs photographies de l’Année » qui sont plus des concours destinés à sacrée une image ou une personne dans une logique de performance et/ou de classement. Ces concours, qui ont toujours existé, n’ont pas le même but et la même ligne éditorial des bourses comme le Tremplin Photo.

Il n’existe pas, à ma connaissance, de site qui fasse référence de tout les concours concernant le photojournalisme (MAJ du 18 mai 2009 : voir cette liste anglophone bien remplie; merci à Stéphane Bouillet pour l’info). Suivre les sites et blogs qui parle de photographie permet d’être tenu au courant. La documentation française tient aussi un annuaire de quelques prix mais il est rarement mis à un jour. Je vous propose ci dessous une courte liste non exhaustive de prix français en rapport avec le photojournalisme.

Le prix européen de la photo politique « Georges Bendrihem ». Ce prix annuel été créé en hommage à Georges Bendrihem, photographe de l’AFP, décédé le 6 octobre 1995 à la suite d’un accident de voiture en Tunisie, alors qu’il couvrait un voyage officiel du président Chirac. Il récompense par une dotation de 7000 euros la meilleure photo politique européenne de l’année écoulée.  En 2007, ce prix a d’ailleurs été décerné à Olivier Laban-Mattéi (AFP) pour une photo de l’actuel président de la République française. Je trouve qu’il s’agit de l’une des plus fortes et intéressantes photos politique de ces dernières années.

Le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de Guerre récompense lui les productions de journalistes (presse écrite, tv, radio, photo) qui travaillent en zone de conflits. Chaque année à Bayeux est ainsi remis au cour du festival un Trophée Photo Nikon de 7600 euros et un prix du jeune reporter (moins de 28 ans) parrainé par Hamsa Press et Ligne de Front d’une valeur de 3000 euros.

Le festival Visa pour l’Image n’est pas en reste puisqu’il décerne 6 prix : Le prix du jeune reporter de la Ville de Perpignan (Le Prix distingue un jeune talent et lui permet de finaliser son projet. Ce prix est  doté par la Ville de Perpignan de 8.000 €) , le prix Canon-AFJ de la Femme Photojournaliste (dotation de 8000 euros, soutenus par le Figaro Magazine), Le Visa d’Or News (dotation de 8000 euros offerte par Paris Match), Le Visa d’Or Magazine (dotation de 8000 euros offerte par la région Languedoc Roussillon) et le Visa d’Or de la presse quotidienne (dotation de 8000 euros offerte par la SNCF ^^).

Cette année à Perpignan a aussi été décerné à Jean Chung pour la première fois le prix de l’association Pierre et Alexandra Boulat. D’une valeur de 8000 euros, ce prix est destiné à financer un projet de reportage qui sera réalisé l’année suivante et exposé ensuite à Visa.

La Bourse du Talent mise en place par le site Photographie.com offre régulièrement un tremplin à de jeunes photographes en leur offrant une exposition à la BNF. Dans les finalistes de l’édition 2009 figure 2 anciens stagiaires de l’EMI-CFD, Sébastien Baverel et Léa Hamoignon.

Quelques autres prix pro en vrac sur le photojournalisme : Prix UPC Central Color, Prix UPC Découverte, Grand Prix CARE (lié à Sanofi-Aventis), Le prix Mark Grosset pour les écoles photographiques ou le Prix Kodak de la Critique Photographique

Des photographes lors d'un congrès de l'Union Nationale Lycéenne à Paris en janvier 2006

Tout ces prix, aux dotations importantes, sont bien révélateurs de l’incapacité de la presse à assommer sa mission : financer et diffuser certain photojournalisme. Dans un flot incessants d’images, ces prix sont aussi l’occasion d’affirmer des choix, de sortir une image ou un reportage du flot de l’actualité et lui offrir ainsi une postérité plus longue (pléonasme). Le World Press ou le Prix Pulitzer en sont les exemples parfaits.

Les multinationales dans la partie

Les entreprises sont aussi friands d’organiser directement, ou via des fondations rattachés, des prix soutenant le photojournalisme. Je reste toutefois assez critique et méfiant sur les intentions de ces prix provenant de multinationales. Certes des prix comme le SFR Jeune Talent ou le prix de la Fondation HSBC pour la photographie offrent les moyens pour réaliser des projets et donne une place à la photographie d’auteur. Il n’en reste pas moins que la vocation première de ces prix est de donner à ces marques une image d’entreprise généreuse et culturel qui soutient la création. Elles le font aussi car le photojournalisme, même si il est en crise, porte toujours en lui cet image valorisante d’art intellectuel, un peu élitiste. Les entreprises jouent là dessus et se régalent d’être ainsi des mécènes.

Il ne s’agit pas de critiquer les photographes qui participent à ces prix, je suis le premier à le faire, simplement je pense qu’on doit se poser la question de l’intérêt d’y participer, de pourquoi on fait de la photographie (surtout quand il s’agit de photographie d’information), pour qui et comment on la diffuse ?

Bourses, Concours, EMI, emi cfd, Gagnant, Hughes Léglises-Bataille, Jeune, Lancement, Lauréat, Morel, photographe, Photojournaliste, Pierre Morel, Prix, Sur le Photojournalisme, Tremplin, Tremplin Photo, Visa

Commentaires

Joseph :

Très bel article Pierro et utile pour de nombreux photographes. Excellente la photo !

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

Stéphane Bouillet :

"Il n’existe pas, à ma connaissance, de site qui fasse référence de tout les concours concernant le photojournalisme"
Essayez ça (anglais)
http://photojournalismlinks.com/awardsgrantsandcompetitions/
A dimanche pour votre conf ;)

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

NIco :

Très bon article sur l'intérêt des concours et des bourses pour les photojournalistes. Dans ce contexte les photojournalistes rejoignent un peu les artistes qui pour certains ne vivent que grâce à des bourses et des mécènes.

En tout cas, c'est un blog très plaisant à lire, de belles photos et des textes intéressants à lire.

bravo

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

root :

Merci Stéphane pour le lien, je l'ai rajouté dans l'article et sympa de s'être croisé dimanche au festival de la photographie de Toulouse.

Nico > Merci pour ton retour sur mon blog, ça fait plaisir. Je suis allé voir le tiens, on se croisera peut être bien sur un évènement à Paris. Continue !

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

blabla girl :

est-ce a montréal?

*w*

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

blabla girl :

ah T_T laissé tomber

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.