Une semaine chilienne

Retour au blog

Il y a un peu plus d’un mois, le 26 septembre, j’atterrissais à Paris après avoir passé 29 jours en Amérique du Sud, au Chili et pour la première fois je traversais l’Atlantique. Tout comme mon séjour à Beyrouth au Liban en mars dernier dont je vous évoquais mes impressions, ce voyage au Chili m’offrait l’occasion d’une nouvelle expérience initiatique.

Bien que la raison d’être initiale de ce voyage fut professionnelle (couvrir un évènement de freeski), jamais le pendant personnel ne fut mis à l’écart. C’est bien là l’une des richesses de notre métier de photographe comme je le vis: s’engager en tant qu’être dans ce qu’on fait, vivre par et pour son travail.

Après les 10 premiers jours à suivre la Skiers Cup entre Valle Nevado, Santiago et Pichelimu, j’ai planifié 2 semaines de voyages principalement à Valparaiso et dans le désert d’Atacama. Sans réel objectif de diffusion presse pendant ce voyage je me suis encore retrouvé face à des questionnements quant à la destination des images que j’allais y faire. Bien que j’ai eu la chance d’avoir un portfolio « carte blanche » chez les amis de skipass.com retraçant mon regard des premiers jours.

Si cela me trouble c’est parce que ce n’est pas la première fois que cela m’arrive. J’adore la photo et je n’envisage pas de voyager sans mais je n’ai pas fait de reportages au Chili pas plus que dans les endroits où j’étais ces derniers mois (Macédoine, Kosovo, Serbie, sud de la France, Chypre) seulement une multitudes d’images partagées ici et là. Et bien souvent, malheureusement, elles sont restées sur mes disques en attente d’un éditing qui ne vient jamais faute d’énergie, de confiance et de place pour être.

Parce que je n’ai pas d’histoire au sens classique du reportage, je me demande si ces images faites au jour le jour pouvaient avoir un sens, une cohérence. Depuis que je fais ce métier j’ai l’habitude de la commande, de la délimitation d’un travail dans un espace-temps donné, souvent très court et sans largeurs. Pourtant je sais bien que de nombreux photographes racontent des histoires sur des voyages ou en racontent sur plusieurs années. Je crois que j’ai laissé un peu ce jeu là de coté hormis une série de photo hebdomadaire, la photo du lundi. Dès lors, je profite de cette expérience lointaine du Chili pour essayer et proposer. Comme des notes à vous faire partager.

Sept billets comprenant sept petites séries. Une par jour à partir d’aujourd’hui lundi. Sur des thématiques ou des lieux différents. Une vingtaines d’image en moyenne. Je les ai pensé pour ça et je profite de l’espace du blog pour voir si elles fonctionnent. Et, le cas échéant, elles pourront peut être même vous donner un petit aperçu de ce qu’est ce pays aujourd’hui ou de quelques autres réalités.

Bon voyage

avion, chile, Chili, lan, Photographie, Pierre Morel, vol, Voyage

Commentaires

thomas :

J'aurais bien aimé savoir quelle est cette île lumineuse. Une légende ?

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

root :

Bonjour Thomas,

Malheureusement il faudra rester avec un mystère. La seule indication que j'ai c'est que c'est une ville du Brésil, pas loin de la capitale, que mon vol pour Santiago a survolé en pleine nuit.

D'où l’intérêt d'être équipé parfois d'un récepteur gps pour son boitier. La carte de l'écran du siège de l'avion n'étant pas assez précise.

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.

Ajouter un commentaire

Votre commentaire sera vérifié si besoin.